Polars et Pyrénéens

Ces deux romans policiers concourent pour les prix du Salon du Livre Pyrénéen de Bagnères.

Le Temps de l’oubli

Une histoire qui oscille d’un passé à un présent : 30 années séparent les deux.
Cambo, médecin vit avec ses souvenirs qui l’envahissent et le silence qui s’obstine dans ce village de la vallée d’Aspe.
A la fin de la seconde guerre mondiale il y a eu un drame que personne n’ose évoquer et qui pourtant ne cesse de roder dans les mémoires. Trente années après des crimes secouent le microcosme valléen.

Un commissaire vient, enquête, interroge et peu à peu le présent rejoint le passé et les paroles se libèrent.
Dans ce roman, au sujet original, étrange et bien ficelé, l’auteur, Gérard Glatt, nous fait participer à une étonnante histoire au cours de laquelle le temps de l’oubli joue avec les mémoires.

Un livre où la sensibilité traverse les pages d’un bout à l’autre de l’ouvrage comme ce commissaire qui s’avance « par delà le jardin où s’éveille la terre, un homme en imperméable va d’un pas lent sur la route qui conduit à Urdos ».
Le lecteur lui, suivra avec plaisir les pages qui le mèneront au dénouement là où le passé et présent se rejoignent.

Le Temps de l’oubli. Gérard Glatt. De Borée. 318p. 20€.

www.gerard-glatt.net

A la vie à la mort

François, Pierre, Yvan, Jérôme. Quatre hommes nés dans les Pyrénées et reliés par une amitié remontant à l’enfance. Quatre hommes et deux lieux : Paris et les Pyrénées. Voici posés les ingrédients de base d’un polar très contemporain. S’y greffent des assassinats de personnalités du monde économico-politique.

Indéniablement l’auteur a le sens du rythme, l’histoire avance et rebondit sans laisser de répit. Au delà de la trame policière qui sait tenir le lecteur en haleine et ne dévoile rien avant les toutes dernières pages, cet ouvrage pose aussi la question de l’amitié face au doute et à la suspicion.

Mais une autre question est aussi posée par ce livre, une question bien d’actualité. Un tueur en série peut-il devenir un héros populaire lorsque ses victimes sont considérés comme faisant partie de  ceux  jugés responsables de la crise économique actuelle ?

Pour son troisième roman, Henri Courtade nous livre ici non seulement une enquête policière surprenante mais aussi de profondes interrogations sur l’amitié et l’amour et un questionnement bien réel face à ceux qui « détiennent le pouvoir ». En prime, de belles pages sur la haute montagne.

A la vie à la mort. Henri Courtade. Lucane éditions. 233p. 18,90€.

henricourtade.blogspot.fr


Postez un commentaire